Voyage chamanique depuis ton cœur

Publié le par Mato

Voyage chamanique depuis ton cœur

Ferme les yeux un moment et regarde à nouveau, regarde différemment, comme si tu n’avais jamais regardé le monde, regarde comme un enfant qui naît, apprivoise les illusions pour les dépasser, garde les yeux fermés mais regarde… Je sais que cela peut paraître paradoxal mais tu peux y arriver, regarde toutes ces petites étoiles qui scintillent devant toi, observe-les sans attente, regarde leur merveilleux ballet dessiner des bulles…

Des bulles interactives comme autant de mondes différents interconnectés.

Des mondes situés bien au-delà de ce que tu peux imaginer, ballets géants de galaxies dansantes, ou des photons qui  te composent à l’instant où tu lis.

Des fils d’or les relient, semblant se tresser et se détresser à l’infini. Un ballet magique qui compose et décompose les images comme des hologrammes déformants, des projections de tes rêves en devenir de réalité, là est la clé, et dans les espaces, la Source infinie qui ordonne chaque mouvement en une harmonie parfaite.

Prends conscience de chaque mouvement vibrant dans un silence absolu, tu es un simple observateur, ceci est ton corps, relié au TOUT, pétri de ces bulles qui s’ordonnent à l’infini, une main se tend, elle projette ses fils d’Or ou plutôt non, elle semble accompagner leur mouvement vers cet autre main d’un autre corps, autre bulle interconnectée. Avant de se tendre l’une vers l’autre, déjà elles étaient reliées, et la Source infinie les fait se rencontrer, comme deux ballerines, jouant à l’infini comme un nuage d’oiseaux qui se crée, explose, disparait, pour se recomposer à nouveau. Des battements silencieux montent d’entre les bulles, les activant ou les désactivant, les sphères s’enlacent à l’infini au delà de toute raison, simplement parce que ton voyage a commencé par un lâcher prise, au delà des illusions du temps et de la matière, dans un océan d’amour, une Divine Matrice Universelle où sont cachées les clés de la Vérité.

Le voyage prend fin, tu ouvres doucement les yeux, tu poses les pieds du côté du miroir des mondes séparés, je t’aime, la vie est si belle…

Commenter cet article

Mesnet 25/05/2014 16:52

Partage, cœur qui vibre.
Gratitude.