La nuit

Publié le par Mato

La nuit
La nuit

La nuit, cet insondable

Ce moment attendu qui ouvre la porte des rêves

Les sens s’y égarent loin des certitudes des apparences

Dédale où l’ego joue au Minotaure

Et là, le voile de la nuit tombe comme un couperet

Les yeux ne perçoivent que l’opacité du moment

Laissant le champ libre aux autre perceptions

Alors le moindre craquement devient assourdissant

Et les odeurs envoutantes,

Les perceptions exacerbent leur ressenti

Explosant les limites du visible

Je suis la nuit

Je suis l’étoile à laquelle mon œil s’accroche

Je suis la voie lactée et le Cosmos infini

Je suis cet Infini Illimité

Cette Source éternelle

Fontaine de jouvence

Qui invente les heures, enfante des jours, et porte sur l’autel sacré de la vie

Des siècles de gestation

Des siècles pour exprimer ce besoin humain

De quantifier, de mesurer, d’enfermer, de comparer

Les heures glissent sur les parois de la Création

Comme des larmes de rosée sur des feuilles de bananier

Comme des perles de sueur courant sur le front

La vie est mouvement perpétuel

Réglée comme une horloge éternelle

Elle donne le tempo du cœur de l’Univers

Tout est battement, tout est mouvement

Loin de toute agitation

La vie s’auto-crée en permanence

 

 

 

 

 

Commenter cet article