La Maison du Père

Publié le par Mato

La Maison du Père

Chaque vague de l’Océan qui vient s’échouer sur ta grève est amour, parfois sourde et brutale comme un assaut prompt à faire s’écrouler des montagnes de certitudes, parfois douce et envoutante, venant lécher la côte sablonneuse et laisser le doigt du Divin y dessiner des mots d’amour.

Sensation profonde d’être à la fois la mer, la vague, le sable et le roc, et l’observateur.

Sensation qu’au-delà de notre histoire personnelle qui nous a doucement enfermé dans la prison de l’individualité, existe un espace infini et intemporel de fusion et d’impermanence.

Le lieu de tous les possibles réside en nous comme il est en tout.

Nous sommes la malle aux trésors, la corne d’abondance, et l’infini Paradis tout à la fois.

Nous sommes abondance illimitée.

Chaque vague de la mer qui se donne à la côte est une réponse à nos souhaits profonds

Chaque vague de la mer redessine de nouveaux contours dans ce présent qui enfante du futur, jusqu’à effacer complètement notre histoire personnelle.

Aujourd’hui, je rentre à la maison, la Maison du Père, et cela prend du sens pour celui qui écrit.

 

 

Commenter cet article

URBANO 03/12/2014 13:56

Buongiorno.
Tout simplement magnifique !...
Marianna.